Nancy - Cap sur la ville écologique

11/08/2020

L'écologie étant au coeur des discussions ces dernières années, Nancy, capitale ducale du Grand-Est souhaite devenir plus responsable. A l'horizon 2030, la ville aura effectué de nombreuses actions. Pour en savoir plus, n'hésitez pas à lire notre article sur le sujet. ;)

A Nancy, dans le Grand-Est, l’écologie a une part importante pour le futur. En effet, la ville a décidé d’établir un véritable plan d’attaque : Nancy 2030 Cap sur la ville écologique. 

 

A l’origine de ce plan d’action, un constat alarmant sur l’avenir de la ville. En effet, si on ne change pas nos habitudes, les températures de la ville augmenteront autant en dix ans que pendant les 140 dernières années. Pour contrer ce réchauffement, Nancy va mettre en place, à l’horizon 2030, 30 objectifs.Ce plan commence par 90 actions sur 3 ans (jusqu’en 2021 donc) pour permettre à la ville et aux habitants le temps d’organiser et d’harmoniser la vie quotidienne actuelle et celle qui arrive.

 

Avant de passer au vif du sujet, une petite définition s’impose pour le terme “Transition écologique”. Ce terme désigne le passage de mode actuel de développement, qui repose sur une consommation importante des ressources, ce qui a pour conséquence de menacer les écosystèmes et les être-vivants, vers un mode de développement plus sobre, décarboné et capable de renouveler ses ressources.

 

Ces actions et ces objectifs sont attachés à des concepts tels que : 

 

  • Ville Nature (moins de pics de chaleur, plus de biodiversité, plus de jardin)
  • Ville Saine (consommer mieux, émettre et dépenser moins, déchets ; réduire, recycler, réutiliser, une économie positive)
  • Ville Positive (une alimentation de qualité, des déplacements plus propres, une ville apaisée, un environnement plus sain) 

 

Ce projet est construit en partie avec les habitants de Nancy, ils sont d’ailleurs à l’origine d’un tiers des mesures (ou actions). Dès 2018, la ville a donné la parole aux experts, aux citoyens mais aussi aux partenaires publics et privés sur des thématiques diverses : l’urbanisme durable, la mobilité, la biodiversité, la transition énergétique et alimentaire ou encore la gestion des déchets.

 

Pour atteindre les 30 objectifs fixés par la ville de Nancy, dans chaque quartier vont être engagés des actions et projets innovants en rapport avec les concepts cités ci-dessus. Dont trois quartiers qui serviront de démonstration ; le centre historique de Nancy, Saint-Pierre René II Bonsecours et le nord des Rives de Meurthe. 

L’enjeu du quartier historique de Nancy est de concilier la préservation du patrimoine, les fonctions économiques et l’exemplarité écologique. Cela passera notamment par l’augmentation de la nature (donc de la biodiversité) de la convivialité et de la qualité du bâtiment ancien.

 

En ce qui concerne l’enjeu de Saint-Pierre, René II, Bonsecours, il s’agit de révéler le patrimoine hospitalier et universitaire nancéen. La refondation du CHU va affecter le patrimoine présent et toutes les mutations qui vont être opérées ces prochaines années nécessiteront des réutilisation, des réhabilitations etc. Il s’agit du patrimoine bâti de Nancy et donc reste un enjeu de taille pour la ville. 

 

Le dernier quartier (nord des rives de la meurthe) a pour enjeu la reconquête des friches industrielles en bordure de la future voie de la meurthe.

 

De plus, il ne faut pas oublier que la nature rafraîchit les villes, régule le climat et la qualité de l’air. Elle abrite la biodiversité, nous approvisionne en matières premières, en eau et nourriture. On sait qu’elle a aussi un effet positif sur la santé car elle permet de réduire le stress ou les causes de mortalité. On aperçoit aussi une augmentation des activités physiques et des interactions sociales : deux choses essentielles à l’être humain. 

 

Un beau projet à l’horizon, en espérant que la ville ducale continue dans cette perspective.